VISITEZ MES ANCETRES
LE MOUSQUETERROTISTE
VISITEZ MES ANCETRES
MA PASSION POUR TERROT

VISITE DE LA COLLECTIONSUITE

VISITE DE LA COLLECTION

Retour de Nogaro en Super-Tenor
Tout a commencer en 1978, lorsqu'au détour d'un tas chez le ferrailleur ou nous avions l'habitude de nous fournir en pièce pour nos vélomoteurs un copain et moi, apparu une 125 Terrot... Ne connaissant pas cette marque, le nom me paru amusant (Terrot, terreau...) et sachant qu'à 16 ans je pourrais conduire une 125, je me mis à l'acheter (sans rien dire à mes parents) bout par bout en fonction de mon argent de poche,cela m'étant vendu 1 franc du kilo.

Tout ceci fut naturellement ramené avec mon vélomoteur et caché dans le grenier du garage...

Je venais de mettre la main dans l'engrenage Terrot et tout le reste allais y passer... Mais la machine fut bientôt découverte par mon père qui me posa la question cruciale : "Qu'est-ce que tu va faire de ça?".

 

Au col du Tourmalet en février

Mes arguments on du être suffisamment bon pour m'entendre dire par mon père, grand bricoleur : "Eh bien si la mécanique t' intéresse tu va apprendre, je te le montrerai une fois et tu le fera seul ensuite."

Nous voila donc partit dans la restauration de cette machine qui soit dit en passant avait été écrasée par la griffe du ferrailleur... Nous avons commencé par le moteur que nous avons démonté,nettoyé, révisé et remonté ensemble puis se fut mon tour seul... Quel fierté de pouvoir faire tourner le moteur fixé sur un cadre en bois en attendant que la partie cycle soit prête!

Premier tour de Terrot pour mon fils
Et cette pauvre partie cycle avait bien du mal : réservoir écrasé et percé, fourche tordue, cadre plié, etc... Mais tout fut sauver tant bien que mal (nous ignorions ou trouver des pièces..) et je pus enfin faire un tour au guidon de cette moto. J'avais juste oublié un détail je ne possédais pas de carte grise... Qu'importe le fait de sauver ces mécaniques suffisait à mon bonheur et entre temps d'autres motos étaient arrivées à la ferraille (heureux temps) et je m'arrangeais pour les mettre de coté dans la ferraille afin qu'elles échappent à la destruction pour les acheter plus tard...
RGST à la Madeleine (alt 800m)
C'est comme cela qu'au bout de quelques années je me retrouvais à la tête d'un petit nombre de populaires françaises des années trente et cinquante. Mais au fur et à mesure que j'y travaillais ma préférence finis par aller aux productions Terrot et Magnat-Debon car j'appréciais leur conception et leur accessible mécanique.
Balade en FSC

Ayant enfin pénétré le monde des collectionneurs de motos anciennes, j'entrepris d'échanger tout ce qui n'était pas fabriqué à Dijon ou à Grenoble car à partir de ce moment, pour moi, les meilleurs motos s'appelaient Terrot et Magnat-Debon...

Donc depuis ce temps je tente de rassembler, pour ces deux marques, le plus de modèles différents possible ainsi que le savoir technique et historique qui les accompagnent . Je possède plus de 2500 documents originaux de 1894 à 1960 mis à la disposition du TCP.
Je pousse même la passion jusqu'à fabriquer des pièces rares ou difficile à trouver...

VISITE DE LA COLLECTIONSUITE

VISITE DE LA COLLECTION